Tafsir de la sourate al-Insan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tafsir de la sourate al-Insan

Message  assiashia le Ven 18 Mar - 19:15

La Sourate al-Insân

«Les hommes purs boiront à une coupe dont le mélange sera de camphre. Les serviteurs d'Allah boiront à des sources que Nous ferons jaillir en abondance. Ils tenaient fidèlement leurs promesses, ils redoutaient un Jour dont le mal sera universel. Ils nourrissaient le pauvre, l'orphelin et le captif, pour l'amour d'Allah. "Nous vous nourrissons pour plaire à Allah Seul ; nous n'attendons de vous ni récompense, ni gratitude. Oui, nous redoutons, de la part de notre Seigneur, un Jour menaçant et catastrophique." Mais Allah les a protégés du malheur de ce Jour. Il leur fera rencontrer la fraîcheur et la joie. Ils les récompensera pour leur patience, en leur donnant un Jardin et des vêtements de soie. Là, accoudés sur des lits d'apparat, ils n'auront à subir ni soleil ardent, ni froid glacial. Ses ombrages seront cueillis. On fera circuler parmi eux des vases d'argent et des coupes de cristal, de cristal d'argent, et remplies jusqu'au bord. Ils boiront à une coupe dont le mélange sera de gingembre, puisé à une source nommée là-bas: "Salsabil". Des éphèbes immortels circuleront autour d'eux. Tu les compareras, quand tu les verras, à des perles détachées. Quand tu regarderas là-bas, tu verras un délice et un faste royal. Ils porteront des vêtements verts, de satin et de brocart. Ils seront parés de bracelets d'argent. Leur Seigneur les abreuvera d'une boisson très pure. "Cela vous est accordé comme récompense. Votre zèle a été reconnu."» (Sourate al-Insân, 76 : 5-22)


Dans ces Versets bénis, le Saint Coran parle des Ahl-ul-Bayt, et les place au sommet de la crainte révérencielle. Il les présente comme des modèles et des exemples à suivre par l'humanité, afin que les générations leur emboîtent le pas et marchent sur leurs traces. L'événement historique à l'occasion duquel ces Versets bénis sont descendus met en évidence la position élevée des Ahl-ul-Bayt, leur sublimité dans l'application et l'observance de la Chari'ah, leur dévouement aux Préceptes d'Allah, et indique qu'ils sont des gens pieux qui guident vers le Paradis quiconque les suit et suit leur Voie.

En effet, al-Zamakh-charî écrit, dans son tafsîr (exégèse) de ces Versets:

«Selon Ibn 'Abbâs, al-Hassan et al-Hussayn sont tombés malades un jour, et le Messager d'Allah (swas) est venu, avec d'autres personnes, leur rendre visite. Il dit [à l'Imam 'Alî]: "O Abû-l-Hassan ! Pourquoi ne fais-tu pas une promesse à Allah pour [la guérison de] tes fils ?".
'Alî (as), Fâtimah (as) et Fidh-dhah (ra), la servante, promirent de jeûner pendant trois jours s'ils guérissaient. Il s'ensuivit qu'ils guérirent.
[Pour le repas de l'Iftâr] 'Alî (as) emprunta trois اâ' [mesure de grains] d'orge, dont Fâtimah (as) moulut un pour cuire cinq pains, un pain chacun. Alors que chacun d'eux avait pris son pain pour rompre le Jeûne, un quémandeur se présenta, et leur dit : "Que la Salut soit sur vous, ô Gens de la Maison de Muhammad ! Je suis un Musulman pauvre. Nourrissez-moi, Allah vous nourrira des tables du Paradis !"
Ils lui offrirent alors généreusement leurs pains, et passèrent la nuit sans avaler autre chose que de l'eau. Ils passèrent la journée du lendemain en Jeûne. Le soir, lorsqu'ils voulurent rompre le Jeûne, et alors qu'ils s'apprêtaient à manger leur nourriture, un orphelin se présenta, et ils le nourrirent. Le surlendemain, un prisonnier de guerre se présenta au même moment, et ils agirent de la même manière [que les soirs précédents]. Le matin du quatrième jour, 'Alî (as) amena al-Hassan (as) et al-Hussayn (as) chez le Prophète (swas) qui, les voyant trembler de faim comme des poussins, dit : "Que cela me fait mal, l'état dans lequel vous vous trouvez !" Sur ce, il les ramena chez Fâtimah (as), et il vit celle-ci dans son mihrâb, le ventre collé au dos et les yeux creux. Cela le chagrina. L'Ange Jibrîl (as) descendit alors et dit : "Tiens, ô Muhammad ! Allah te bénit par les Gens de ta maison!" Puis il récita la Sourate.» ( Al-Zamakh-charî, "Al-Kach-châf", tafsîr Sourate al-Insân. Al-Fakhr al-Râzî a rapporté le même récit dans "Al-Tafsîr al-Kabîr", citant "Al-Kach-châf". Il l'a également attribué à al-Wâhidî.)



Al-Tabarsî a relaté le même récit dans son tafsîr "Majma' al-Bayân". Il a aussi rapporté le récit suivant :

«'Alî ibn Ibrâhîm a mentionné que son père lui avait raconté, en citant 'Abdullâh ibn Maymûn, qui citait Abî 'Abdullâh [Ja'far al-Sadiq] (as), lequel avait dit : "Il y avait de l'orge chez Fâtimah (as).
On en fit un peu de bouillie qu'ils s'apprêtaient à manger. A ce moment-là, un pauvre se présenta et dit : "Qu'Allah vous entoure de Sa Miséricorde !" Alors, 'Alî (as) lui donna le tiers de la bouillie. Tout de suite après, un orphelin se présenta et dit : "Qu'Allah vous entoure de Sa Miséricorde !" Et 'Alî (as) lui offrit un tiers de la bouillie. Puis un captif se présenta et dit: "Qu'Allah vous entoure de Sa Miséricorde !" 'Alî (as) lui donna le troisième tiers [de la bouillie d'orge] sans qu'ils en aient pris même une goutte pour eux. Allah fit descendre à leur propos, et à cette occasion, des Versets qui s'appliquent à tout Croyant qui fait de même pour l'amour d'Allah. C'est là une indication que la Sourate en question était "madanite" [médinoise = révélée à Médine](Par opposition à "mecquoise" (révélée à la Mecque). Ce qui confirme qu'elle a été révélée à propos de l"Imam `Ali et de sa Famille, et non pas à propos d'un autre événement (qui s'était déroulé à la Mecque), comme certains exégètes l'ont cru. ).
Selon Abû Hamzah al-Thamalî, dans son tafsîr : "Al-Hassan ibn al-Hassan, Abû 'Abdullâh ibn al-Hassan, m'a informé que toute la Sourate a été révélée à propos de 'Alî (as) et de Fâtimah.(as)"»(Al-Tabarsî (un savant du Vième siècle de l'hégire), "Al-Bayân Fî Tafsîr al- Qur'ân", tafsîr Sourate al-Insân.)



Parlant des motifs de la Révélation de cette Parole d'Allah (Glorifié soit Il) : «Ils nourrissent le pauvre, l'orphelin et le captif pour l'amour d'Allah...»,

al-Wâhidî a écrit:

«Selon 'Atâ', citant ibn 'Abbâs : "Le motif en est que 'Alî ibn Abî Tâlib (as) a offert un jour ses services pour arroser des dattiers pendant toute une nuit, contre un peu d'orge. Lorsqu'il reçut l'orge, le lendemain matin, il en moulut le tiers et on en fit un mets appelé al-khazîrah. Quand le mets fut prêt, un pauvre se présenta, et on le lui donna. Puis on fit cuire le reste de l'orge. Lorsque ce fut prêt, un captif polythéiste se présenta, et on lui donna le mets. Et ils restèrent à jeun ce jour-là. Ce Verset fut alors révélé, à cette occasion."
Ainsi, les exégètes s'accordent-ils pour affirmer que ce Verset a été révélé à propos de 'Alî et de sa Famille [Fâtimah, al-Hassan et al-Hussayn], bien que les récits divergent quant à la narration de l'événement.»(vor annexe 3)


----------------------------------------------------------------------

ANNEXE 3


A propos de ceux qui ont nourri l'indigent, l'orphelin et le captif, Allah (Glorifié soit Il ) a dit :

"Les hommes purs boiront à une coupe dont le mélange sera de camphre. Les serviteurs d'Allah boiront à des sources que Nous ferons jaillir en abondance. Ils tenaient fidèlement leurs promesses, ils redoutaient un Jour dont le mal sera universel.(...) [jusqu'à] Cela vous est accordé comme récompense. Votre zèle a été reconnu." (Sourate al-Dahr [al-Insân], 76 : 5-22)

Ces Versets ont été révélés à propos de : 'Alî, Fâtimah, al-Hassan, et al-Hussayn. Voir :

- "Chawâhid al-Tanzîl" (al-Haskânî al-Hanafî), tome II, p. 298, hadith : 1042, 1046, 1047, 1048, 1051, 1053, 1054, 1055, 1056, 1057, 1058, 1059, 1061.

- "Al-Manâqib" d'al-Khawârizmî al-Hanafî, pp. 188, 194.

- "Kifâyat al-Tâlib", d'al-Kinjî al-Châfi'î, pp. 345, 348, éd. al-Matba'ah al-Haydariyyah ; et p. 201 ; éd. Matba'at al-Gharî, Najâf, Iraq.

- "Tathkirât al-Khawâç" d'al-Sibt ibn al-Jawzî al Hanafî, pp. 312, 317.

- "Manâqib 'Alî ibn Abî Tâlib", d'Ibn al-Maghâzilî al-Châfi'î, p. 272, hadith : 302.

- "Nûr al-Abçâr", d'al-Chablanjî, pp. 102-104, éd. al-Sa'îdiyyah, Egypte ; et pp. 101, 102, éd. 'Uthmâniyyah, Egypte.

203....(204)....

- "Al-Jâmi' li-Ahkâm al-Qur'ân", (Tafsîr al-Qurtubî), tome XIX, p. 130.

- "Al-Kach-châf" d'al-Zamakh-charî, tome IV, p. 670, éd. de Beyrût ; et tome IV, p. 197, éd. Muçtafâ Muhammad, Egypte ; et tome II, p. 511, une autre édition.

- "Rûh al-Ma'ânî", d'al-آlûsî, tome XXIX, p. 157.

- "Osod al-Ghâbah", d'Ibn al-Athîr al-Jizrî al-Châfi'î, tome V, pp. 530, 531.

- "Asbâb al-Nuzûl", d'al-Wâhidî, p. 251.

- "Tafsîr al-Fakhr al-Râzî", tome XIII, p. 243, éd. al-Bahiyyah, Egypte ; et tome VIII, p. 392, éd. al-Dâr al-'Amirah, Egypte.

- "Tafsîr Abî al-Su'ûd", dans la marge de "Tafsîr al-Râzî", tome VIII, p. 393, éd. al-Dâr al-'Amirah, Egypte.

- "Al-Tas-hîl li-'Ulûm al-Tanzîl", d'al-Kalbî, tome IV, p. 167.

- "Fat-h al-Qadîr", d'al-Chûkânî, tome V, p. 349, 2e éd. ; et tome V, p. 338, 1e éd. d'al-Halabî, Egypte.

- "Al-Dur al-Manthûr" d'al-اiyûtî, tome VI, p. 299.

- "Thakhâ'ir al-'Uqbâ", pp. 88, 102.

- "Matâlib al-Sa'ûl" d'Ibn Talhah al-Châfi'î, tome I, p. 88.

- "Al-'Aqd al-Farîd", d'Ibn 'Abd Rabbuh al-Mâlikî, tome V, p. 96, 2e éd. : Lujnat al-Ta'lîf wa-n-Nachr, Egypte ; et tome III, p. 45, une autre édition.

- "Tafsîr al-Khâzin", tome VII, p. 159.

- "Ma'âlim al-Tanzîl", d'al-Baghawî al-Châfi'î, (dans la marge de "Tafsîr al-Khâzin"), tome VII, p. 159.

- "Al-Içâbah" d'Ibn Hajar al-Châfi'î, tome IV, p. 387, éd. al-Sa'âdah, Egypte ; et tome IV, p. 376, éd. de Muçtafâ Muhammad, Egypte.

- "Tafsîr al-Baydhâwî", tome V, p. 165, éd. de Beyrût, tiré sur le modèle de l'éd. de Dâr al-Kutub al-'Arabiyyah al-Kubrâ ; et tome IV, p. 235, éd. Muçtafâ Muhammad, Egypte ; et tome II, p. 571, une autre édition.

- "Al-La'âli al-Maçnû'ah", d'al-اiyûtî, tome I, p. 370.

- "Tafsîr al-Nasfî", tome IV, p. 318.

- "Al-Ghadîr", d'al-Amînî, tome III, pp. 107-111.

- "Ihqâq al-Haqq", d'al-Tastarî, tome III, pp. 158-169, et tome IX, pp. 110-123.

- "Yanâbî' al-Mawaddah", d'al-Qandûzî al-Hanafî, pp. 93, 212, éd. Islâmbûlî ; et pp. 107, 108, 251, éd. al-Matba'ah al-Haydariyyah.

- "Nawâdir al-Uçûl", d'al-Hâkim al-Tirmithî, p. 64 (sans nom d'édition).

- "Chahr Nahj al-Balâghah", d'Ibn Abî al-Hadîd, tome I, p. 21, et tome XIII, p. 276, éd. d'Egypte, avec édition critique de Muhammad Abû-l-Fadhl.

- "Al-Riyâdh al-Nadhirah", de Muhib al-Dîn al-Tabarî al-Châfi'î, tome II, pp. 274, 302, 2e éd.

- "Fadhâ'îl al-Khamsah min al-اihâh al-Sittah", tome I, p. 254.

- "Farâ'id al-Samtayn", tome I, pp. 53-56, hadith : 383.
avatar
assiashia

Féminin Messages : 104
Date d'inscription : 16/03/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum